Sols paddock paradise

Suite aux questions qui arrivent sur la façon d'aménager le sol d'un paddock paradise, voici mon expérience

SOL DE PADDOCK EN POUSSIER

Dans la première prairie, j'ai choisi un endroit plane avec 2cm de dénivelé sur 50 m de longueur.7

paddock paradise, sol poussier

Sol en poussier de notre premier paddock paradise

La terre a été décaissée lsur environ 20-30cm de profondeur ; le niveau a ensuite été comblé  avec une couche de 20-30 cm de gros cailloux de granulométrie 20/40.

psol paddock paradise, gravier chevaux

La couche de 20 cm graviers est restée telle quelle sur le chemin d'accès

5 cm de poussier de pierre bleue en provenance de la carrière de Quenast ont été étalé sur le gros gravier drainant puis dammé au rouleau.

Poussier recouvrant le gravierLa couche de poussier a recouvert la couche de cailloux drainante et affleure au niveau de la prairie

Le poussier qui a l'aspect d'un sable grossier n'était pas le plus fin des poussiers car le plus fin finit par former de la boue lors des grosses pluies;  Le poussier stabilise les gros cailloux. Très lourd, il se nivelle bien avec les pluies et reste en place en été, même par temps très sec. Il permet à l'eau de pluie de s'inflitrer par en dessus, limitant les marres d'eau. les chevaux restent donc toute l'année sur un sol stable qui ne s'enfonce pas.

 

AVANTAGES ET INCONVENIENTS D'UN SOL EN POUSSIER

Très pratique, il permet de maintenir le paddock propre, car il est facile de ramasser les crotins dessus. En été, on peut même balayer ou ratisser la surface avec un ramasse feuille à dents souples.

Cependant, avec le temps, des ravinements se forment lors de très grosses pluies. Soit le sol que vous préparez sera très plane et dans ce cas, il y a peu de chance que le sol en poussier forme des ravines sauf aux endroits où les chevaux passent tout le temps, soit vous prévoyez des bordures en billes de chemin de fer (attention pas les billes imprégnées de créosote trop toxiques; préférer les billes en bois exotique non traitées ou des bordures en modules de béton. 

Dans tous les cas, il faut prévoir un moyen pour que l'eau puisse s'évacuer sinon votre paddock se transformera en piscine. En conséquence, ne jamais maçonner de bordures sauf si vous prévoyez une évacuation de l'eau de ruissellement.

Vous pouvez aussi décaisser sur 5 cm de plus afin que le sol du paddock se trouve en contrebas de la terre et accepter qu'un peu de terre se mèle au poussier sur les bords.

Dans tous les cas, laisser les abris en terre battue, et les disposer en lisière du poussier. Sinon, l'urine finira par former une boue infecte.

Les modules amovibles en béton qui forment à la fois des bords et des bacs à plante peuvent faire de chouettes bordures. Le grand avantage de ce genre de bordure est que l'on peut les assembler avec des courbes, les remplir de plante (par exemple, du romarin que les chevaux ne mangent pas, et former ainsi un pourtour qui passer l'eau en excès. Tout cela sans maçonnerie tellement c'est lourd. Cout" environ 18 € par mètre (4 modules pour faire 1 mètre que l'on trouve dans toutes les grandes surfaces de bricolage).

Autre inconvénient du poussier ; les chevaux adorent se rouler dedans; par conséquent, les robles blanches seront grises...

3 eme inconvénient; bien veiller aux lignes blanches des sabots, car les minuscules grains de poussier peuvent à la longye, s'immiscer dans la ligne blanche des pieds sensibles. Un parage naturel qui fait en sorte que ce soit la sole et non la boite cornée qui supporte le poids du cheval, contribuera a éviter l'écartement de la couronne qui n'est d'ailleurs pas faite pour porter le poid du cheval; un cheval marche sur sa sole, pas sur son ongle.

Enfin, le dernier inconvénient et non des moindres, le coût; surtout celui de la main d'oeuvre, celui du transport des cailloux et ensuite, du poussier, puis l'étalement de tout cela... Tout dépendra de l'entrepreneur et de la météo.

 

SOL DE PADDOCK EN GRAVIERS

Le sol dans la seconde prairie beaucoup plus en pente à certains endroits du paddock ne pouvait pas être réalisé en poussier. La terre formé d'argile et de sable était tellement collante que lors des grosses pluies, il était impossible de rouler une brouette dedans; le premier hiver. J'ai commencé par faire un chemin en gravier en amenant 10 tonnes de graviers de pierre bleue à la brouette, jour après jour. J'ai alors observé que les graviers s'enfonçaient dans le sol mais qu'à un certain moment, ils saturaient le sol qui restait dur et stable.

Sol paddock paradise, graviers

L'été suivant, j'ai répandu 40 tonnes de gravier de pierre bleue sur environ 400m2 de paddock (soit 1 tonne pour 40m2 c'est une approximation) que j'ai ensuite étalé nous même au rateau. Dès les premières pluies, les graviers se sont enfonçés dans le sol mais sans créer de boue. Le sol, vite saturé a laissé affleurer une bonne partie du gravier.

3 ans plus tard, les graviers se sont davantage enfoncés ou ont été recouverts par la terre que les chevaux amènent sous leurs pieds. A certains endroit, il en reste qui affleurent, à d'autres ils sont tous enfoncés dans le sol et forment une surface dure et souple à la fois.

Ayant fait les deux expériences, je préfère de loin la solution gravier

1/ parce qu'elle ne nécessite aucun terrassement; pas de mise en oeuvre lourde et couteuse; pas de stress avec la météo, les délais... avec une remorque de voiture et de l'huile de coude, on peut même le faire soi-même, à son aise et l'on ne dépend de personne.

2/ parce que le sol ainsi façonné laisse ruisseler l'eau sans créer de ravine; nul besoin de se casser la tête pour orienter le surplus d'eau. 

3/ parce que l'on peut, à loisir, rajouter quelques graviers là ou le sol s'est davantage enfonçé. Le sol étant devenu dur partout dans le paddock, grâce au piétinement des chevaux, j'envisage même un jour de mettre une couche de silex arrondis blancs, pour faire joli.

Attention, le gravier qui forme la sous-couche doit être anguleux afin de tenir et de permettre à l'eau de ruisseler en des milliers de fins filets;  ne pas utiliser de cailloux ronds pour former la première couche; ne pas utiliser non plus de dolomie, qui devient de la poudre si on piétine dessus; les graviers anguleux permettent à l'eau de ruisseler sans former de ravines. c'est la clé du succès.

 

AVANTAGES ET INCONVENIENTS DU SOL EN GRAVIER

Outre les avantages cités plus haut, quelques inconvénients; la première année, on ramasse beaucoup de graviers avec les crottins: si on a le coup de main, on prend un rateau spécial crottin et on secoue...

La première année toujours, il faut un peu ratisser tous les jours pour répartir les graviers et en amener là ou cela s'enfonce le plus , c'est à dire là ou l'eau ruisselle,  mais cela n'est plus nécessaire dès la 2eme année car le sol se stabilise rapidement.

Ne pas craindre les graviers qui se coincent dans les fourchettes; la plupart du temps, les pieds des chevaux sont remplis d'une semelle de terre et si un gravier se coince dedans, il ne blesse pas la fourchette qui est souple. Avec les sept chevaux qui sont ici depuis 3 ans, pas un seul n'a eu de blessure aux pieds avec les graviers.

 

J'ai recouvert le sol des abris en gravier que j'ai recouvert de terre. Ainsi, le sol des abris est légèrement surrélevé par rapport à l'aire du paddock et le sol dans les abris est bien dur; fini les trous.

La granulométrie du gravier employé est la plus commune; c'est le gravier dont on se sert devant les maisons.

On peut aussi prendre différents types de graviers pourvu qu'ils soient anguleux (je le répète) et non friable, il faut une pierre dure.